Monday, October 22, 2007

soutienjpk comite l'instruction doit se poursuivre

COMMITTEE UPDATE

Soutien JPK released the following update earlier today, carried below in French.

Papeete, le 19 octobre 2007

A tous les amis, membres et sympathisants du Comité de soutien,

Les éléments déjà recueillis montrent que l’enquête doit être poursuivie

Comme indiqué dans notre dernier communiqué du mois de septembre 2007, nous avons pris connaissance ces dernières semaines du dossier d’enquête que le juge d’instruction Philippe Stelmach se propose de clore en l’état. Comme nous nous y attendions, la lecture du dossier d’instruction montre bien au contraire la réelle nécessité de poursuivre l’enquête. Les principaux éléments sur lesquels se fonde un tel constat sont les suivants :

1- Les nombreuses contradictions et mensonges avérés de certains proches de Jean-Pascal Couraud sur le déroulement précis de la dernière soirée passée à son domicile : leur mise en évidence lors des gardes à vue réalisées en début d’année 2007 nécessite de nouvelles investigations susceptibles fournir des éléments utiles à la manifestation de la vérité.

2- L’existence d’une dizaine de témoins, qui viennent confirmer partiellement ou totalement, les déclarations de Vetea Guilloux, dont un témoignage précis provenant d’un gendarme.

3- Les déclarations de l’avocat de Jean-Pascal Couraud qui mentionne un mobile possible pour un assassinat ; ces déclarations doivent être examinées en relation avec la mise à jour de la surveillance et de la filature qui étaient réalisées sur la personne de Jean-Pascal Couraud au moment de sa disparition, par les membres de la cellule d’espionnage de la flottille administrative, dirigée par des agents issus de la DGSE, travaillant pour la Présidence du gouvernement de la Polynésie française.

Notre demande de transmission des pièces saisies chez le général Rondot examinée le 23 octobre 2007 devant la chambre de l’instruction

En effet, la demande de transmission dans notre dossier des pièces saisies chez le général RONDOT se rapportant au compte japonais de Jacques Chirac, élément qui aurait pu constituer le mobile d’un interrogatoire de Jean-Pascal par la flottille administrative, nous a été refusé. Nous avons fait appel de ce refus devant la Chambre de l’instruction, qui examinera donc notre demande lors d’une audience fixée le 23 octobre 2007.

Outre la présentation de tous les éléments qui justifient une telle demande, nous demanderons également à la Chambre de l’instruction qu’elle se saisisse du dossier afin qu’elle conduise elle-même l’instruction de notre plainte initiale. En effet, le dossier d’enquête montre clairement que le juge Stelmach n’a pas donné la suite qui convient aux divers éléments du dossier d’enquête qui confortent l’hypothèse d’un assassinat. Il avait par ailleurs lui-même demandé à être déchargé de ce dossier en novembre 2006.

L’intérêt des media et le soutien d’une haute personnalité

Nous avons relevé l’intérêt grandissant de la presse nationale pour cette affaire au fur et à mesure que la réalité de l’assassinat et son mobile transparaissent de manière évidente à la lecture du dossier d’enquête. Ainsi, après France inter et son émission « Rendez-vous avec X » diffusée au mois de septembre, certains quotidiens de tout premier plan ont annoncé leur intention de donner une réelle importance à ce dossier dans les semaines qui viennent.

On note par ailleurs, comme l’a révélé « Le Point » que des magistrats ayant eu à connaître le contenu du dossier au sein du tribunal de Papeete, ont fait part à certains journalistes sous le couvert de l’anonymat de leur conviction quant à cet assassinat.

Enfin, au début du mois d’octobre 2007, la mère de Jean-Pascal Couraud a eu un entretien avec une des personnalités les plus respectées du milieu judiciaire. Outre le réconfort apporté, la partie civile a été confortée quant à la justesse de certaines démarches d’ores et déjà engagées.

Vous remerciant de votre soutien à tous,

Philippe Couraud

Pour tout commentaire utiliser l'adresse de réponse suivante: contact@soutienjpk.org

No comments: